13/03/2013

injustice ou humiliation ?

Je cite un passage du livre "Mourir de dire la honte" de Boris Cyrulnik (neuropsychiatre qui a fait connaître la notion de "résilience" (qui caractérise ceux qui s'en sortent bien alors que leur existence les préparait au pire) : L'injustice est moins pénible puisqu'elle permet l'indignation, la protestation verbale et la manifestation physique, alors que l'humiliation pousse à l'effacement de soi, au retrait, à la honte, au non-combat ... jusqu'au jour où une explosion émotionnelle surprend tout le monde. L'indignation est un sursaut de dignité, alors que l'humiliation nous efface des relations sociales.

Il resterait à réfléchir au sentiment d'humiliation. Telle situation, telle réflexion sera vécue comme humiliante par l'un alors que l'autre haussera les épaules d'indifférence. B. Cyrulnik nous explique que selon qu'on aura grandit dans la confiance, en soi et en des proches, qu'on sera dans un environnement sécurisant, bénéficiant du soutien et de sentiments positifs de l'entourage, on saura opposer une forme de résistance aux situations traumatisantes.

Se sentir humilier serait donc le signe qu'une douleur psychique reste vive et n'a pas pu s'exprimer dans la confiance d'une écoute accueillante.

Est-ce que ça se discute ? Jamis B.

Les commentaires sont fermés.