01/04/2013

Poème pour la sauvegarde de l'estime de soi

 

REGARDS

Tous ces gens qui me regardent

Je suis prisonnier d'une image dans la tête des gens

Je sais bien ce qu'ils pensent en me voyant :

Pitié misère

Et pourtant!

Prison sans barreaux mais la plus redoutable

La prison des regards et la prison des mots

Je me débats pour m'en dégager

violemment patiemment longuement

Comme le poisson accroché à l'hameçon

Persiste à vouloir vivre et nager


Tous ces gens qui me regardent....


Mais moi aussi j'ai des yeux !:

 

« Hé! connard!

             Ce n'est pas parce que tu me dis "tu"

             Que tu m' lorgnes sans vergogne

             Quand je passe dans ta rue

             Et que tu m' tapes dans le dos

             Comme si ensemble on avait gardé les veaux

             Que tu franchis le pas de ma porte!



             Toi qui satisfais ta curiosité

             Comme on satisfait sa vessie

             Tu ne songes jamais

             Connard de mes deux

             Et c'est là mon plaisir

             Que regardeur tu es mais aussi regardé...



             Et que je t'emmerde!"

 

 

 

 

 

Michel AUVILLE

 

Commentaires

Merci pour ce cri dans lequel je me reconnais tellement. Cette violence, cette douleur...
Quand j'étais jeune ado (l y a bien longtemps !) je me vengeais en leur disant que "c"'était contagieux et qu'en me fixant trop ils risquaient de se retrouver comme moi.
Un jour quand même j'en ai pleuré et le groupe de jeunes, penaud, nous a invité mon frère et moi à rester avec eux au bord de la plage... Fin sympa !! sauf que quelques temps plus tard des "flics" nous ont accusés de tapage nocturne, demandé nos papiers... que nous n'avions pas bien sûr et avons dû porter au commissariat le lendemain ! une expérience de plus...
Mais c'est vrai que j'ai aussi parfois eu envie de les injurier.
Maintenant que je suis en fauteuil c'est plus facile. Les regards sont plus bienveillants.

Écrit par : Mawa | 16/04/2013

Je constate que dans ma vie de tous les jours, je rencontre très peu de jeunes qui font des grands gestes avec leurs bras, comme des signes vers les autres, qui font de grands efforts pour articuler, si désireux de se faire comprendre, qui ont la tête qui part brusquement en arrière comme pour dire : j'existe moi aussi, qui traînent la jambe et parfois se déhanchent sans vouloir être drôles, qui parfois lancent un cri, et c'est pour rire ... où sont-ils tous ces enfants, ces ados, où sont-ils donc ? sont-ils cachés ? par qui ? à cause de qui ?
Je voudrais leur dire : sortez ! demandez à vos frères ou sœurs de sortir avec vous, à vos copains, à vos copines aussi, demandez leur de vous faire exister dans le regard des "autres", et je parie qu'en étant nombreux et sans crainte parmi les autres, vous deviendrez invisibles. Merci à Michel et Mawa de leur témoignage, ils sont des autres parmi les autres. Jamis B

Écrit par : Jamis B. | 16/04/2013

Bravo pour la beauté de ce texte.

Écrit par : Lamiche | 08/05/2013

MERCI LAMICHE pour votre votre commentaire et l'intérêt que vous manifestez ainsi à notre blog. A une autre fois !

Écrit par : Jamis B. | 09/05/2013

Les commentaires sont fermés.